Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Anaëlle Lebovits-Quenehen sur le coût de la psychanalyse

« L’expérience analytique fait pourtant de l’argent l’un de ses leviers, puisqu’une analyse ne vaut que pour autant qu’elle coûte. Le savoir arraché à la parole analysante se paye entre autres de la somme qu’on abandonne à son analyste dans le dispositif de la cure. C’est qu’il faut céder quelque chose de sa jouissance sous la forme de l’argent qu’on lui donne. »

(Editorial, La cause du désir, no. 85, le 9 octobre 2013)

Publicités

2 commentaires sur “Anaëlle Lebovits-Quenehen sur le coût de la psychanalyse

  1. Ehret Marie-Lise
    7 décembre 2013

    je ne sais, dans les dispensaires ou cmp ont fait de la psychanalyse sans payer et ça marche !

  2. Van Rillaer
    16 décembre 2013

    L’argent est en effet très important en psychanalyse.
    C’est la principale motivation de l’analyste à continuer à pratiquer cette thérapie.
    C’était l’avis de Freud, qui écrivait à Jung le 21-1-1909 pour se consoler de la maigreur de ses résultats et de la fréquence de ses échecs :
    « Je me dis souvent pour apaiser le conscient : surtout ne pas vouloir guérir, apprendre et gagner de l’argent ! Ce sont les représentations de but conscientes les plus utilisables »

    A Binswanger, Freud écrivait le 8 mai 1911 :
    “Devinez pourquoi on les appelle nègres [les patients] dans le jargon analytique ».

    Binswanger ne connaissant pas la réponse, Freud lui répondit le 28 mai :
    « Les nègres proviennent d’une vieille blague courante chez nous ; on appelle la cure psychanalytique “un blanchiment de nègre”. Je me console souvent en me disant que si nous sommes si peu performants au niveau thérapeutique, nous apprenons au moins pourquoi on ne peut l’être davantage. Dans cet esprit, notre thérapie me semble la seule rationnelle »

    L’éditeur des lettres Freud-Binswanger précise, en note, que cette comparaison signifie « l’inutilité patente de la psychanalyse, le “travail des Danaïdes” psychothérapeutiques » (sic, trad., Gallimard, p. 135).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 9 octobre 2013 par dans Anaëlle Lebovits-Quenehen, Psychanalyse, et est taguée , , , , .

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :