Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Jean-Michel Louka sur la (dé)formation psychanalytique

« L’analyse est ainsi, plutôt, une dé-formation qu’une « formation ». Dé-formation de la médecine ou de la psychologie, ou autre encore, de la philosophie ou des sciences dites humaines, de-là d’où provient l’impétrant psychanalyste. »

(La formation du psychanalyste, 23 avril 2013)

Publicités

Un commentaire sur “Jean-Michel Louka sur la (dé)formation psychanalytique

  1. Van Rillaer
    16 décembre 2013

    Jean-Michel Louka a raison de dire que la psychanalyse est une dé-formation plutôt qu’une « formation ». Ce fait a été souligné par beaucoup de personnes qui sont passées par le divan. Ainsi, Albert Ellis, à une époque où il se définissait encore comme freudien ( !), écrivait :

    “Les jeunes analystes peuvent être excessivement influencés par leurs analystes didacticiens et peuvent inconsciemment (ou consciemment) consacrer la plus grande part de leurs années de pratique subséquente à mettre en œuvre les points de vue de leurs analystes didacticiens. Des notions relatives à la théorie et au traitement, fortement biaisées et parfois tout à fait fausses, peuvent ainsi se perpétuer”
    (An introduction to the principles of scientific psychoanalysis, 1950. Rééd. in S. Rachman, ed., Critical Essays on Psychoanalysis. Macmillan, 1963, p. 102)

    Autre témoignage. Jeffrey Masson, ancien secrétaire des Archives Freud, note :

    “Il me paraît difficile de devenir objectif et autonome après une formation psychanalytique. Lorsque je prends du recul à l’égard de ce training, je vois qu’il constitue pour une large part un processus d’endoctrinement (“an indoctrination process”), un instrument qui m’a socialisé dans une direction déterminée. Il s’agit en partie d’un processus intellectuel, en partie d’un processus politique et même, dans une certaine mesure, d’une question de classe sociale. La corporation importe ici plus que toute autre considération. Lorsque ce processus fonctionne bien, il devient quasi impossible de remettre en question une des idées essentielles de l’organisation parentale” (Final analysis. The making and unmaking of a psychoanalyst. Reading, Mass.: Addison-Wesley Publishing Co, p. 210)

    Pour d’autres témoignages et explications, voir :
    http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article373

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 avril 2013 par dans Jean-Michel Louka, Psychanalyse, et est taguée , , , , .

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :