Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Jacqueline Schaeffer sur l’inceste

« L’inceste paternel, ça fait pas tellement de dégâts, ça rend des filles un peu débiles, mais l’inceste maternel, ça fait de la psychose, c’est-à-dire, c’est la folie »

(Le Mur : la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme, 2011)

Publicités

14 commentaires sur “Jacqueline Schaeffer sur l’inceste

  1. hypathia09
    29 mai 2012

    Mmmmm je vois, je vois Mme Schaeffer ou se situe votre problème là….Débile ? Seulement ? Mais c’est un viol pur puni par la Loi celà le saviez vous ? Non ? L’inceste maternelle existe ? Nooooon ! Et combien de cas en france sont-ils répertoriés ? Il me semble bien quand même que le plus connu et les plus nombreux sont bien les viols paternels. Donc pourquoi tout mettre sur le dos des pauvres mères ? Réponse ? Vous faites une projection de ce qui vous est arrivé toute petite Madame vous avez honte à ce que je vois là ..Consultez un vrai psychiatre neuro-biologite car votre cas est très grave …Sorry pour vous !

  2. agnes
    30 mai 2012

    Jacqueline Schaeffer, le viol et l’inceste sont des crimes punis de lourdes peines de prison. Ce que vous dites là est précisément un appel à la violence sexuelle pour des hommes qui hésiteraient encore un tout petit peu à « passer à l’acte » sur leurs gamines . Depuis vos propos ignobles, il existe peut-être déjà en France et ailleurs, des petites filles devenues « un peu débiles » depuis que leurs pères, en vous écoutant parler, ont obtenu l’assurance d’une femme, d’une mère sans doute, que leurs actes ne commettraient pas « tellement de dégâts ».

    Jacqueline Schaeffer, vous êtes potentiellement une meurtrière.

  3. Therond Nathalie
    16 juin 2012

    Comment peut-on écrire de telles choses ????

    Je vous souhaite de ne jamais être confronté à cela………. imaginez un instant votre fille, votre nièce ou n’importe quel enfant, fille ou garçon, que vous aimez subir des attouchements, des abus sexuels, des viols et nous en reparlerons.

    Taisez vous si vous ne connaissez pas et respectez les victimes qui souffrent et qui doivent combattre une longue période de leur vie pour enfin sortir de cet enfer.

    Je ne vous salue pas.

    Nathalie

    • Karine
      17 mars 2013

      J’ai tout d’abord hésité à intervenir, ce sujet date de longtemps, adulte en recherche de sublimation, au travers d’une reprise d’étude en psy avec volonté de m’en sortir…Car oui, je suis passée par là, et oui je suis choquée comme vous tous de ces propos ! Je répond sur ce que vous avez écrit Nathalie car votre commentaire à répondu pour moi en quelque sorte.
      Comment est-ce possible de tenir des propos de telle sorte…Effectivement, je pense que Mme Schaeffer devrait se mettre ds la peau ou du moins dans le psychisme d’une personne abusée et ou vivre ce qui se passe et ce qu’il en ressort. Car même après un long parcours thérapeutique, je peux vous dire que ce n’est pas si simple tout les jours. Comment est-il possible de dire des choses de telle sorte. comment la future génération de psy entend elle cela ? Qu’elle répercussion. Cela revient à être complice, pire autoriser, conforter l’abuseur dans sa position. Heureusement que ma psychanalyste ne pensait pas la même chose, car je peux vous dire que si j’étais tombée sur des propos de cette sorte il y a quelques année, je n’aurais pas donné cher de ma peau !
      Et pour finir car je suis très en colère, je peux vous dire, que j’ai honte pour la profession…
      Pour information, cela fait 24 ans que je lutte…j’ai repris mes études en psycho- pathologie à l’âge de 34 ans ! Et je n’espère pas croiser cette personne…

      Merci pour vos commentaire, je suis rassurée…

  4. Gongora Maria
    24 juin 2012

    ça rend les fillles un peu débiles ? l’inceste paternel ne fait pas tellement de dégats ? Sincèrement, encore une qui se prétend psychanalyste mais qui n’a jamais du être confrontée au terrain. Etant psychanalyste moi-même, je suis attérée par ces propos. Je suis effarée de voir la différence qu’elle opère entre l’inceste maternel et paternel………….Pour elle un père qui viole sa fille, la pénètre ça ne fait pas de dégats mais cela rend sa fille débile ?????????????Je n’ai pas de mots pour dire à quel point c’est débile ce qu’elle dit…..

    • agnes
      25 juin 2012

      Maria, les propos de Schaeffer ne sont pas « débiles », ce sont purement et simplement des appels au meurtre. Je connais quelques avocats qui, s’ils se saisissaient de ces affirmations, lui feraient payer très cher le goût de l’irresponsabilité sociale, civique et citoyenne. Cette femme est dangereuse et nuisible pour la société toute entière, mais personne ne s’en offusque parce que sa pseudo ignorance reste cautionnée par les pouvoirs en place.

      Ce sont des gens comme elle qui siègent aux commissions d’experts des tribunaux. Ce sont des gens comme elle qui formatent les cursus de l’éducation nationale et régissent les apprentissages des pédagogues socio-sanitaires.
      Ce sont des gens comme elle qui façonnent le système de pensée d’une nation entière.

      En France, la psychanalyse, telle qu’elle est enseignée en universités et appliquée à tous les coins de rue, est devenue une arme de destruction massive.

      Pourquoi pensez-vous que le film « Le Mur » de Sophie Robert soit, pour l’instant, interdit de diffusion ?

  5. marie thérèse
    26 juillet 2012

    ce qu’elle voulait sans doute dire c’est que malgré le fait que la souffrance est évidente lorsqu’il s’agit d’un père c’est carrément la mise à mort de la petite fille quand c’est la mère (nourricière, protectrice etc;) pour la petite fille c’est le néant car comment imaginer qu’une mère puisse se conduire de cette façon ? Toutes les mères sont protégées par le statut qu’elle représentent dans la société, celles qui font ça bénéficient de l’immunité totale car qui pourrait imaginer ?

    • marie thérèse
      26 juillet 2012

      Mais je comprends que l’on puisse s’en offusquer car les plaintes pour violences sur les femmes sont tellement plus nombreuses

  6. Ehret Marie-Lise
    8 octobre 2013

    Comment je me positionne en tant que psychanalyste là précisément

    en cet instant :

    ce sont des agressions qui doivent être punies car le viol paternel ou maternel est pour ma part un crime, il faut le dire ainsi, ils brisent les personalités

    j’ai fait à ce sujet un poème , parce que psychanalyste-poète n’est-ce pas !
    et il ne faut pas mélanger l’inconscient et la réalité, les pensées et les actes

    LE PARDON

    Tu me dis, je suis catholique il faut pardonner,
    Oublis, pour ton salut il te faut pardonner.
    Oublis, c’est du passé, il te faut pardonner.

    Et moi je dis que je n’ai pas l’âme charitable,
    Je peux comprendre, mais je ne pardonne pas.
    Je n’oublie pas, je vis avec c’est déjà pas mal.

    Je pardonne quoi ?

    Pardon parce que j’étais là.
    Pardon de toutes leurs saloperies
    Pardon des viols par tous perpétrés,
    Pardon pour les coups, les injures niées
    Pardon pour leur perversité, le sadisme

    Que connais-tu, toi, des souffrances
    De l’enfant nié, malmené, déchiré,
    Que la mère, à tous, en pâture a livré
    Comme un chien vil et sans défense.

    Dix ans et demi, je voulais oublier.
    Alors, dans un trou noir j’ai basculé.
    Frêle, muette je me suis retranchée,
    Puis vidée, insensible et cristallisée.

    Oh ! Juges, protégez vos placements.
    Gendarmes, sondez le petit qui fugue.
    Écoles, voyez les bleus, les brûlures,
    Épiez les petits yeux rougis finement.

    Pardonner, c’est m’occire une autre fois.
    Alors, si tu le veux, pardonne pour moi,
    Alors, si tu le veux, prie beaucoup pour moi,
    Alors, si tu le veux, oublis aussi pour moi.

    Dieu, non merci ! Va, je le connais bien !
    Où était-il quand je l’ai imploré là-bas ?
    Je sais : un jour Dieu reconnaîtra les siens.
    C’est ta faute, très grande faute, mea culpa !

    Solitaire, j’essaie d’émerger de cet enfer là,
    Je préfère l’être que j’ai choisi pour le dire.
    Avec le devant et passé, de ça, quel amas !
    Oublier ! Je sais bien sur ce sentier partir.

    C’est ma colère qui maintient ma survie,
    Si ma révolte se tait alors je suis fou/tue.
    Où est ce brin de vie inaltéré, en sursis.
    M’affirmant qu’ils ne m’ont pas abattue.

    Oui, je sais il sera tortueux ce chemin,
    Et je m’enlise aussi avec ma pâle étoile,
    Je trouverai bien dans mon labyrinthe,
    L’étincelle qui luit au fond de ma voile.

    Qu’aucun ne me dise que c’est mon Œdipe dévié…… Psychothérapeute X- 1980
    Que toutes les filles veulent coucher avec leur père… Dolto
    Si elles désiraient que ça s’arrête, elles parleraient… Dolto
    Quand vous saurez d’où ça vient, vous en rirez…… Psychiatre Y – 1980
    Vous avez déliré, paranoïa, ou aura d’épilepsie………Psychiatre Y – 1980
    Après tout, vous n’avez pas été attaché au radiateur…Psychiatre Y – 1980
    Vous êtes sûr que c’est vrai ce que vous dites là…… Médecin général Z – 2003
    Oh, c’est le problème des mères qui reprennent leurs
    Enfants sans en vouloir ! Psychothérapeute X -2003
    Mais maintenant me croit !
    C’est votre moi inconscient dira l’autre …….. Psychanalyste L -2005
    Vous êtes la boite de pandore incarnée !……. Psychiatre O -2010
    Une autre fois sera sainte marie… ! …… Psychiatre G -2010

    Allez-vous faire foutre !

    Toutes ces phrases finissent par vous achever,
    Nient la souffrance de l’enfant, sèment le doute,
    Trente-cinq ans après, intègres, les ai retrouvé,
    Leurs rires cyniques me transpercent et me clouent.
    La génération du dessous me traite de tabou.

    Où était ce prêtre quand je lui ai parlé ?

    Alors, si tu veux, prie pour moi.
    Alors, si tu veux, pardonne pour moi.
    Alors, si tu veux, prie Murphy pour moi.

    Je n’ai pas l’âme charitable,
    Tant pis pour mon salut.
    Je ne pardonne pas.

    Le pire c’est qu’ils en rient,
    Et vivent bien comme ça.
    Où est la justice, ici-bas.

    21 – Déc. 2003

    Et monsieur décoré de phallocentrique
    Pervers qui se mare de ma colère
    Qui a empoisonnée ma vie
    Ayant pour fonction de soigner des gens
    Devrait en avoir l’autorisation, enlevée
    Pour manque de respect à la souffrance.
    La banalisation de l’horreur par le ciné.

    Nous ne sommes encore là en : 2010

    PLUS JAMAIS CA !

    « Il est grand temps que l’on sache
    Il est grand temps que la pierre s’habitue à fleurir
    Que le non-repos batte au cœur
    Il est temps que le temps soit
    Il est temps. »

    Celan.

    Et en plus la psychologie voudrait imposer la marque de la résilience
    mot moderne qui n’existait pas à mon époque, une autre obligation bien pensante, je ne peux que les laisser avec leur conscience……

    Paternel ou maternel, la lutte doit être la même

  7. agnès
    9 octobre 2013

    Marie-Lise, merci pour vos mots, mais je pense qu’il est temps que vous lâchiez vos croyances, quelles qu’elles soient, et que vous commenciez à comprendre dans quelle détresse le manque de regard sur la réalité de terrain a plongé des milliers de familles et de femmes, seules, dans le néant, perdues, marquées à vie au fer rouge à cause de Dieu, de Freud ou de Lacan. Les religions et les croyances, d’où qu’elles viennent, sont une arme de destruction massive, surtout pour les filles. Oubliez-les et grandissez, vous en sortirez vivante et en bonne santé, je vous le promets !

  8. Natalia Estragonskaia
    12 octobre 2013

    Marie-Lise a renoncé à l’usage de son cerveau et de ses facultés de raisonnement, bref, de sa liberté.

    Nous en sommes désolés pour elle.

    Quel triste spectacle…

  9. Sissi
    1 décembre 2013

    Je crois que vous devriez consulter M’dame Schaeffer…………

  10. Ehret Marie-Lise
    7 décembre 2013

    oui Agnès et Natalia, je n’ai pas perdu toutes mes facultés de jugements, ni ma liberté.
    La poésie est-elle compatible avec la psychanalyse, j’en doute

    Lacan disait ça durera ce que ça durera !

    Le continent noir

    Le continent noir serait pour moi radieux
    De douceur, sobre, intime et harmonieux
    Sans aucune loi anachronique d’intelligence
    Sur les flots enchantés la femme s’avance.

    La petite, pose ses actes dans l’ordre de vie,
    Comme le vent souffle et que le jour *s’enfuit
    Elle ne sait si la rive est perfide ou fidèle
    Ainsi qu’une voyageuse dans sa nacelle.

    Sans crainte, sans effort par la voix bercée
    L’odeur s’envole au loin, elle écoute sa pensée
    Tandis que l’adulte ressasse et redoutable
    Se penche pour et contre la mort affable.

    Pourquoi prendre les ailes de la colombe
    Pour que tu t’envoles et reposes dans la tombe ?
    D’une aventure étrange en des temps écoulés
    Dont le petit d’homme ne saurait se consoler

    Bien sûr Cybèle dans l’étroitesse de sa prison
    C’est toujours pouvoir y verser le même poison,
    Il n’est point de confort et de panacée ici
    De joindre les bords à vifs et laminés aussi

    Et si le miel sauvage sent la liberté
    Comment la brutalité serait interprétée ?
    La fille de la douleur n’est en rien harmonie
    Même quand la langue inventa le génie,

    Et que sur la mer brille le fil des opprimés,
    Vont les oppresseurs cinglants à désarrimer
    Le continent noir isolé aujourd’hui s’exile
    Dans son faible galop raidi qui s’éparpille.

    Toutes ethnies voilées et quel que soit le sexe
    Doux mystère du toit de l’innocence complexe !

    PS :
    Comme le vent souffle et que le jour *envie
    *continent noir pourquoi appeler le sexe de la femme ainsi ?

  11. Ehret Marie-Lise
    7 décembre 2013

    j’ai vu « Le Mur » et la mère crocodile ? Est-ce sérieux ! je refuse de rejetter la faute sur la mère, des mères d’autistes aiment leurs enfants !

    Que devrais-je donc dire en ce qui me concerne, quand j’ai été élevée en batterie, sans connaitre la mère ? 50 nourrissons pour deux soignants !

    ni mère, ni père, la loi étant la loi sociale et rien de plus dès le départ !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 septembre 2011 par dans Autisme, Jacqueline Schaeffer, Parentalité, et est taguée , , , , .

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :