Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Marie Couvert sur le « non regard » entre la mère et l’enfant

« Dans la clinique du premier âge, il est impératif de repérer que le bébé à la fois regarde et soit regardé. Le « non-regard » entre la mère et l’enfant, et le fait que la mère ne s’en inquiète pas, constitue un deuxième signe majeur de diagnostic précoce d’un syndrome autistique (Laznik). Or, aujourd’hui, le regard de l’autre maternel est de plus en plus difficile à accrocher. Après la concurrence de l’écran télé, il y a surenchère avec celui de l’ordinateur et celui du téléphone portable. L’oeil et le regard maternel sont en passe de devenir de moins en moins disponibles. Il en va de même dans la dépression où le regard de la mère semble traverser le bébé sans pour autant le regarder. Ce n’est pas sans conséquence car, dans l’échange de regard avec l’autre maternel, ce que le bébé va saisir, c’est lui-même. Autrement dit, quand le bébé accroche le regard, ce qu’il accroche dans le regard de sa mère, c’est une image de lui à laquelle il va s’identifier. Il ne s’agit pas d’une simple fonction réflexive. Il faut que la mère, ou l’Autre maternel qui regarde le bébé, ait une représentation désirante de lui. »

(Les premiers liens, éditions Fabert, mai 2011, p.35)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :