Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Jacques-Alain Miller sur le comportementalisme américain (2)

« Savez-vous que l’armée américaine comprend des équipes spécialisées de comportementalistes, désignées par l’acronyme BSCT, et qui opèrent à Guantanamo comme à Abou Ghraib? Là il y aurait matière pour un vrai ‘Livre noir’ si quelqu’un voulait bien s’y intéresser. »

(Jacques-Alain Miller répond aux anti-freud au sujet du Livre noir de la psychanalyse, Le Point n° 1723, le 22 septembre 2005)

Publicités

Un commentaire sur “Jacques-Alain Miller sur le comportementalisme américain (2)

  1. Jacques Van Rillaer
    25 juillet 2012

    Le « Behavioral Science Consultation Team » est une équipe qui a été constituée pour des interrogatoires de détenus extrajudiciaires.

    Le 19 août 2007, L’Association américaine de psychologie a violemment protesté contre l’utilisation de connaissances psychologiques à cette fin. Voir
    http://en.wikipedia.org/wiki/Behavioral_Science_Consultation_Team

    « Il y aurait matière à un vrai ‘Livre noir’ » dit le chef de file du lacanisme.
    Comment se fait-il que, parmi les milliers lacaniens que compte l’Hexagone, aucun n’ait écrit ce livre, ni même un article avec des faits concrets détaillés ?

    A Guantanamo et à Abou Ghraib, Il n’était nullement question de «thérapeutes comportementalistes» (JAM, en manipulateur accompli, utilise simplement le mot «comportementaliste»).

    Profitons de l’occasion pour reconnaître que des thérapeutes comportementalistes reconnus par une association professionnelle peuvent manquer d’éthique.
    C’est également vrai pour des médecins diplômés ou des psychanalystes reconnus par une association freudienne. Un exemple célèbre : Ernest Jones — dont Freud disait qu’il était le «chef de file incontesté des analystes de l’aire linguistique anglaise» (G.W., XIV, p. 555) — a fait un séjour dans une prison londonienne pour avoir abusé d’une petite patiente en analyse chez lui (voir P. Roazen, Mes rencontres avec la famille Freud. Seuil, Coll. Le champ freudien, 1996, p. 214).

    Cela suffit-il à discréditer le freudisme ? En fait le freudisme est discrédité parce que, depuis Freud lui-même jusqu’aux analystes contemporains, les résultats thérapeutiques sont médiocres (nuls quand les problèmes sont graves) et la théorie n’est guère validé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :