Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Philippe Grimbert sur la cigarette

« Chez le garçon devenu adulte la cigarette est le substitut du phallus de la femme (la mère) auquel il a cru étant enfant et auquel il ne veut pas renoncer, puisque ce serait accepter l’imminence de la castration. La cigarette, exhibée comme un phallus et venant obturer le vide de l’orifice buccal associé au sexe féminin, demeure le signe d’un triomphe sur la menace de castration et une protection contre cette menace. Car il n’est probablement épargné à aucun être masculin de ressentir la terreur de la castration, lorsqu’il voit l’organe sexuel féminin. »

(Pas de fumée sans Freud. Psychanalyse du fumeur. Paris: Armand Colin. Coll. Renouveaux en psychanalyse, 1999, p . 137)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 mars 1999 par dans Culture & Société, Parentalité, Philippe Grimbert, et est taguée , , , , .

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :