Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Françoise Dolto sur le dialogue avec le fœtus

« On peut ou non parler avec le flatus vocis à l’enfant qu’on porte. C’est étonnant comme résultat. J’ai eu l’expérience avec mon fils aîné. Il est né en pleine guerre, en 1943. Je faisais tous mes déplacements à bicyclette… On ne se rend pas compte aujourd’hui, au volant d’une voiture, que la rue Saint-Jacques monte beaucoup depuis le boulevard Saint-Germain. Je revenais d’une course et je peinais sur ma machine. Et alors, cet enfant, ce fœtus, probablement gêné parce que j’étais fatiguée moi aussi, remuait, remuait, si bien que je me disais : ‘Je ne vais pas pouvoir pédaler jusqu’à la maison. Je n’en peux plus. Et marcher en poussant ce vélo, ce sera encore plus long !’ Et ce jour, j’ai eu l’idée de lui dire : ‘Ecoute, mon chéri, si tu bouges comme ça dans mon ventre, ça va être encore plus long, parce que tu me gênes pour pédaler. Reste tranquille, on va être vite arrivés.’ Il s’est immédiatement arrêté. Je lui avais parlé intérieurement… Pas tout haut, pas avec mes lèvres. Il s’est arrêté, j’ai pu pédaler, pédaler, je suis arrivée à la maison et je lui ai dit : ‘Maintenant, ça y est.’ Et il s’est mis à faire la sarabande dans mon ventre. Il avait huit mois. »

(1985, p. 242)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 26 mai 1985 par dans Françoise Dolto, Parentalité, et est taguée , , , , , , .

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :