Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Frances Tustin sur l’autisme « secondaire »

« Le patient enfermé dans l’autisme secondaire a le sentiment, semble-t-il, que c’est l’écoulement de ses propres substances corporelles dans l’analyste (la mère) et autour d’elle qui fait exister celle-ci. Il a l’impression que ses substances corporelles se gonflent et que la privation s’amenuise. Il imagine que les mouvements de son corps ont un pouvoir de vie et de mort similaire. […] Il se sent obligé de faire marcher le monde. »

(Autisme et psychose de l’enfant, Seuil, 1982)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 mars 1982 par dans Autisme, Frances Tustin, et est taguée , , .

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :