Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Frances Tustin sur l’autisme « secondaire régressif »

« Dans certaines conditions pathologiques, il semble que le développement ait suivi un cours normal, mais repose sur des fondations très instables. Cela parce qu’une bonne partie de la personnalité est restée autistique et a perdu contact avec les influences nourricières, reconnues comme séparées. Dans de telles situations, il y a souvent eu, de la part de la mère, une adaptation excessive et parfois des réponses trop séductrices. Cependant, ces nourrissons paraissent souvent être excessivement passifs et avoir une faible pulsion d’intégration. C’est le type de situation qui forme des bébés “trop sages”. À un certain moment, cette adaptation excessive de la mère et du nourrisson l’un à l’autre (un bébé “modèle” et une mère “modèle”) ne peut plus subsister. Le développement de l’enfant, fondé sur une relation artificielle, se disloque et l’on assiste à une régression de la personnalité, laquelle ne s’est guère développée. »

(Autisme et psychose de l’enfant, Seuil, 1982)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 1 mars 1982 par dans Autisme, Frances Tustin, Parentalité, et est taguée , , , , .

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :