Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Jacques Lacan sur le complexe d’Œdipe

« Le rapport sexuel, il n’y en a pas, mais cela ne va pas de soi. Il n’y en a pas, sauf incestueux. C’est très exactement ça qu’a avancé Freud — il n’y en a pas, sauf incestueux, ou meurtrier. Le mythe d’Œdipe désigne ceci, que la seule personne avec laquelle on ait envie de coucher, c’est sa mère, et que pour le père, on le tue. »

(Ornicar? Bulletin périodique du champ freudien,“L’escroquerie psychanalytique”, 1979, 17, p. 9s.)

Publicités

2 commentaires sur “Jacques Lacan sur le complexe d’Œdipe

  1. Van Rillaer Jacques
    17 décembre 2012

    Concernant le premier énoncé, «le rapport sexuel , il n’y en a pas», j’invite le lecteur à télécharger le document

    http://icampus.uclouvain.be/claroline/backends/download.php?url=L0xhY2FuLlBhc19kZV9yYXBwb3J0X3NleHVlbC5kb2M%3D&cidReset=true&cidReq=EDPH2277

    Il y trouvera plusieurs interprétations – toutes bien différentes – de cette célèbre affirmation. En voici une qui, en même temps, illustre la façon dont Lacan «dirigeait» ses cures et conditionnait de malheureux gogos.

    Après quelques années d’analyse (quotidienne) chez Lacan, Gérard Haddad manque d’argent et ne parvient plus à payer ses séances. Il écrit dans le journal de son analyse :

    « Notre réserve d’argent touchait à sa fin. Qu’allions-nous devenir ? A. [sa femme] me conseilla de ralentir provisoirement le rythme de mes séances, de revenir à la fréquence initiale trihebdomadaire, moins ruineuse que la rencontre quotidienne. Si bien que le jour suivant, au moment de le quitter et après avoir évoqué cette nouvelle crise de nos finances, je dis à Lacan : “Ma femme me conseille de réduire provisoirement mon nombre de séances, vu notre situation…”
    Il prit alors un visage très courroucé. “Votre femme n’a pas à se mêler de votre analyse.”
    Puis, après un silence de quelques secondes, il ajouta en martelant ses mots : “Votre femme est la cause de tout.”
    Dirigeant son pas traînant vers un autre patient, il répéta d’une voix où le doute ne pouvait s’inscrire : “De tout, de tout, de tout…”
    Ces deux mots, refusés sur l’instant, allaient, comme chaque fois, s’inscrire et user lentement la roche dure de ma cécité mentale. J’en prendrai acte, bien plus tard, en même temps que ce postulat qui fit tant ricaner les philistins : Il n’y a pas de rapport sexuel, il n’y a pas d’harmonie parfaite possible entre un homme et une femme, mais un discord où peut se loger l’aventure personnelle. Donc un deuil à faire de ce rêve.

    J’étais à mon tour convoqué à cette confrontation, plus difficile encore que celle de la mort. En habile pêcheur, Lacan me laissa longtemps me débattre, lâchant du fil à volonté parce que sachant que l’hameçon était solidement et douloureusement fiché au gosier. »

    (Le jour où Lacan m’a adopté. Mon analyse avec Lacan. Grasset, 2002. Rééd., Le Livre de Poche, 2007, p. 178s).

  2. Jacques Van Rillaer
    8 janvier 2013

    P.S. Le lien pour lire un échantillon des interprétations de la formule « il n’y a pas de rapport sexuel » est devenu:

    http://icampus.uclouvain.be/claroline/backends/download.php?url=L0xhY2FuLlBhc19kZV9yYXBwb3J0X3NleHVlbC5wZGY%3D&cidReset=true&cidReq=EDPH2277

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 17 juin 1979 par dans Jacques Lacan, Psychanalyse, Sexualité, et est taguée , , , , , , .

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :