Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Jacques Lacan sur la facilité de la psychanalyse

« Qu’est-ce que la clinique psychanalytique ? Ce n’est pas compliqué. Elle a une base — C’est ce qu’on dit dans une psychanalyse. En principe, on se propose de dire n’importe quoi, mais pas de n’importe où — de ce que j’appellerai pour ce soir le dire-vent analytique… On peut aussi se vanter, se vanter de la liberté d’association, ainsi nommée. […] Évidemment, je ne suis pas chaud-chaud pour dire que quand on fait de la psychanalyse, on sait où on va. La psychanalyse, comme toutes les autres activités humaines, participe incontestablement de l’abus. On fait comme si on savait quelque chose. »

(Ouverture de la section clinique, Ornicar ?, Bulletin périodique du champ freudien, 1977, n° 9, p. 7.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 27 mai 1977 par dans Jacques Lacan, Psychanalyse, et est taguée , , , .

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :