Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Françoise Dolto sur la femme

« Le Moi des femmes est la plupart du temps plus faible que celui des hommes » […] « leur Sur-Moi est rudimentaire (sauf les cas de névroses) ». […] « C’est parce qu’elle n’a pas de Sur-Moi — parce qu’elle en a moins — que la femme apparaît ‘pleine de grâce’, c’est-à-dire de présence. Remarquez comment l’enfant qui n’a pas de Sur-Moi est lui aussi plein de grâce. »

(Psychanalyse et pédiatrie, Paris, Seuil, 1971, p. 122.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 15 juillet 1971 par dans Françoise Dolto, Sexualité, et est taguée , , , , , .

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :