Freud Quotidien

Paroles de psychanalystes

Sigmund Freud sur la pathologisation de ses adversaires

« Les hommes en général se comportaient à l’égard de la psychanalyse précisément de la même façon que les névrosés en cours de traitement pour leurs troubles… La situation était à la fois alarmante et réconfortante. Alarmante parce que ce n’était pas un mince affaire que d’avoir tout le genre humain comme patient et réconfortante parce tout se réalisait après tout comme les prémisses établies par la psychanalyse l’avaient prévu. »

(Les résistances à la psychanalyse, 1925)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 mai 1925 par dans Psychanalyse, Sigmund Freud, et est taguée , , .

ARCHI-VAIN

CAT & TAIRE

%d blogueurs aiment cette page :